Nos conférences en salle

 

 

Dans le cadre de notre agence, nous organisons certaines conférences sur quelques "secrets d'histoire".

Ces conférences qui se déroulent dans Paris mais aussi à l'extérieur de la capitale, vous raviront au plus haut point, enfin découvrez qui était l'homme au masque de fer Nostradamus disait-il vrai dans ses prédictions?

 

Autant de conférences que nous vous laissons le plaisir de découvrir.

 

Conférence assurées par Franck de Beaucé et Gaëtan Delbarre.

 

Privatisation d'une conférence de 1h30 à 2h00 (conditions nous consulter)

 

CONTACT : Stéphane Arqué attaché de presse : 06 34 54 52 33

COURIEL  :  steph.arque@gmail.com

 

L'énigme de l'homme au masque de fer

 L’homme au masque de fer est l'un des prisonniers les plus fameux de l'histoire française. Le mystère entourant son existence, ainsi que les différents films et romans dont il a fait l'objet, n'ont cessé d'exciter les imaginations. Le point de départ de l'affaire est la mort, le 19 novembre 1703 à la Bastille, au terme d'une longue captivité, d'un prisonnier dont nul ne connaissait le nom ni le motif de l'incarcération. Il aurait été enterré dans le cimetière de l'église Saint-Paul sous le nom de Marchiali, bien que d'autres sources indiquent les noms de Marchioly, ou Marchialy et avec une fausse indication d'âge. Sur cette base, l'histoire a été considérablement amplifiée, la légende y a ajouté force détails, et la politique s'en est emparée, l'Homme au masque de fer devenant sous la plume de Voltaire, un symbole de l'absolutisme monarchique. Selon certaines sources, ce serait même une totale invention de cet écrivain pour discréditer la monarchie absolue, puisqu'en réalité, masquer avec un loup — non un masque de fer, qui entrainerait rapidement une septicémie  — des prisonniers détenant des secrets d'État ou considérés comme nuisibles à celui-ci, était une pratique courante à l'époque.

 

Par Franck de Beaucé

 

Rodolphe II l'empereur alchimiste


Rodolphe II, empereur du Saint Empire romain germanique, monarque et mécène.Combien de visages avait cet homme grâce auquel Prague devint le centre politique et culturel de l'Europe ? Empereur et roi, mélancolique, mauvais politique selon certains, monarque introvertis, misérable combattant, admirateur de la vie et des femmes, amateur d'art (Arcimboldo), passionné de sciences (Tycho Brahé, Kepler), mais aussi furieusement épris d'ésotérisme (la ville fourmillait d'alchimistes et d'astrologues). Qui fut ce Habsbourg qui occupa le trône impérial de 1576 à 1612 ?

 

Par Franck de Beaucé

 

Catherine de Médicis et la magie

 A l'époque de la Renaissance, la pratique de la sorcellerie et de la magie noire est telle que la cour de France elle-même n'en est pas exempte. Le règne des Valois, notamment, est entaché de multiples cas d'envoûtements, dont la plupart sont perpétrés à l'instigation de Catherine de Médicis. Née à Florence, celle-ci a été initiée dès son plus jeune âge à la magie et à l'art des poisons. Devenue veuve d'Henri II, elle continue à exercer le pouvoir durant la régence de ses deux fils, Charles IX et Henri III. On dit qu'elle porte sur l'estomac, en guise de protection, une peau d'enfant égorgé, semée de figures et de caractères cabalistiques, et entretient auprès d'elle une troupe d'astrologues, alchimistes, mages et sorciers de tous poils. Parmi eux, Cosme Ruggieri, fils du médecin de Laurent le Magnifique.

 

Par Franck de Beaucé

 

Nostradamus voyant de la cour des derniers Valois


 Certains historiens ont soupçonnés, sans preuve évidente, Nostradamus d'être un agent secret au service des Valois. Toutefois, en étudiant sa correspondance on s'aperçoit qu'il utilisait un système de codage pour n'être compris que de ses interlocuteurs. La preuve en est cette lettre écrite par Ioannes Bergius, disciple et ami de Jules-César Scaliger, datée du 15 octobre 1563, où celui-ci lui suggère : écrivez seulement en code ce que vous pensez devoir cacher. J’ai salué pour vous tous ceux que vous m’avez demandé de saluer...
Est-ce suffisant pour faire de lui un agent secret à l'influence prépondérante ? Les jeux de mots n'étaient-ils pas d'usage en ce XVIe siècle ? Pour définitivement le cataloguer dans un cercle secret, il faudrait une preuve plus tangible. Or cette pièce, nous l'avons. Citée anecdotiquement dans la plupart des biographies elle fait état du passage de Nostradamus dans la ville de Turin en 1556, mais de sa signification nul de dit mot. Alors aussi muette soit-elle, nous allons la faire parler.

 

Par Franck de Beaucé

 

Les deux anglaises au petit Trianon

 Les fantômes de Trianon ou fantômes de Versailles désignent une expérience vécue en 1901 dans les jardins du Petit Trianon par deux Anglaises qui la considérèrent comme paranormale. Bien que les parapsychologues aient eu dès le début des doutes sur l’authenticité de leur supposée rétrovision, leur livre intitulé An Adventure, publié en 1911, connut un succès certain et devint un élément de la légende de Versailles et de Marie-Antoinette, en particulier dans le monde anglophone.

 

Par Franck de Beaucé

 

L'affaire du collier de la Reine

En 1772, Louis XV souhaita faire un cadeau à Madame du Barry. Il demanda aux joailliers parisiens Bœhmer et Bassange de créer un collier de diamant inégalable[1]. Cela prit aux bijoutiers un temps certain, du fait de la qualité des pierres à collecter ; Louis XV mourut entre temps. Le collier se composait de nombreux gros diamants disposés selon un dessin élaboré : des festons (guirlandes), des pendentifs et des panicules font partie de la composition. Les bijoutiers, n'ayant plus de commanditaire, espéraient le vendre à Marie-Antoinette. En 1778 le nouveau roi, Louis XVI, souhaita lui offrir le collier, mais elle le refusa[1]. Selon madame Campan, la Reine aurait déclaré que l'argent serait mieux dépensé pour l'équipement d'un navire de guerre. Certains prétendent que Marie-Antoinette aurait refusé le collier parce qu'elle n'avait pas envie de porter un bijou qui avait été conçu pour une autre femme, surtout si cette femme était une courtisane détestée par la reine. Selon d'autres, Louis XVI lui-même aurait changé d'avis. Après avoir vainement essayé de placer le collier en dehors de la France, les bijoutiers tentèrent encore une fois de le vendre à Marie-Antoinette après la naissance du dauphin Louis-Joseph en 1781. La Reine refusa à nouveau.

 

Par Franck de Beaucé

 

Louis II de Bavière le roi romantique et fantaisiste

 Louis II de Bavière, né Louis Othon Frédéric Guillaume de Wittelsbach (en allemand: Ludwig Otto Friedrich Wilhelm von Wittelsbach1; né le 25 août 1845 à Munich - décédé le 13 juin 1886 au Lac de Starnberg prés du château de Berg) fut de 1864 à 1886 le quatrième roi de Bavière. Ses autres titres sont, comte palatin du Rhin, duc de Bavière, de Franconie et de Souabe. Il est le fils ainé de Maximilien II de Bavière et de son épouse Marie de Hohenzollern. Louis II est surtout connu comme un excentrique dont l'héritage est étroitement lié à l'histoire de l'art et de l'architecture. Il a commandé la construction de plusieurs châteaux et palais extravagants et fantastiques dont le plus célèbre est Neuschwanstein. Il fut le mécène du compositeur Richard Wagner.

 

Par Franck de Beaucé

 

Vaux le Vicomte (des origines à nos jours, la décoration intérieur, les jardins, l'architecture)

 Le château de Vaux-le-Vicomte, situé sur le territoire de la commune française de Maincy (Seine-et-Marne), à 50 km au sud est de Paris près de Melun est un château du XVIIe siècle (1658-1661), construit pour le surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet. Ce dernier fit appel aux meilleurs artistes de l'époque pour bâtir ce château : l'architecte Louis Le Vau, premier architecte du roi (1656), le peintre Charles Le Brun, fondateur de l'Académie de peinture (1648), le paysagiste André Le Nôtre, contrôleur général des bâtiments du roi (1657) et le maître-maçon Michel Villedo. Leur talent avait déjà été réuni par le jeune Louis XIV pour construire le château de Vincennes en 1651-1653. Le roi refera appel à eux pour construire le château de Versailles, celui de Vaux-le-Vicomte servant alors de modèle. Le château, chef-d'œuvre de l'architecture classique du milieu du XVIIe siècle, est aujourd'hui la plus importante propriété privée classée au titre des monuments historiques depuis son achat en juillet 1875 par Alfred Sommier qui y fit œuvre de mécène, poursuivie par ses descendants.

 

Par Gaëtan Delbarre

 

Lieux hantés et maudits de Paris

 L’ésotérisme, les lieux glauques, les ruelles parisiennes dignes d’un Jack l’éventreur ou d’un Sweeney Todd, les cimetières et les histoires à dormir debout, cela vous attire ? Alors laissez-vous tenter par la conférence des lieux hantés de Paris... Parmi les lieux et les histoires racontées : le cimetière des innocents, l’élixir d’amour du pont Saint-Michel, la demeure du barbier sanglant et de son acolyte pâtissier, le fantôme du métro, les forges du diable...

 

Par Gaëtan Delbarre